•  

    Conseils issus du magasine Santé Douce - spécial stress, trimestriel n°4 (septembre, octobre, novembre 2016)

     

    1 - Faire la paix avec soi.

    "L'essentiel, c'est la considération bienveillante que nous nous accorderons aux premières secondes du matin, raconte Claude de Milleville, car trop souvent, le regard que nous jetons sur nous-même nous condamne". Au lieu de nous focaliser sur nos défauts, nos manques et nos faiblesses, admirons aussi nos qualités et nos richesses. Idéal pour doper sa confiance en soi, et progresser vraiment !

     

    2 - Semer du bonheur autour de soi.

    Egoïsme et bonheur font rarement bon ménage. Mettez votre énergie au profit des autres : votre famille, vos amis, mais aussi ceux qui, moins bien lotis, ont besoin de soutien : votre vieille voisine, les enfants malades, les sans-abris...

     

    3 - Accepter ses humeurs.

    Ce matin, vous vous êtes levée du pied gauche ? Acceptez ces variations de votre moral comme une phénomène naturel au lieu de vous en préoccuper ou de culpabiliser. Cela passera tout seul, et vous en serez moins victime. De la même façon, admettre que vos proches, eux aussi, puissent être de mauvaise humeur vous aidera à les supporter plus sereinement.

     

    4 - Reconnaître sa chance.

    Vous avez un mari, des enfants, des parents et amis, un travail, un logement, vous êtes en bonne santé... Sincèrement, que voulez-vous de plus ? Admettez que vous faites partie du clan des veinards, et cessez vos crises d'insatisfaction. Rendez grâce, acceptez votre chance, et provoquez-la sans douter d'elle. Vous avancerez à pas de géant.

     

    5 - Eviter le catastrophisme.

    Les nouvelles font grise mine ? Après un bilan honnête, faites la part des choses : sont-elles si terribles que cela ? Le monde s'écroule-t-il vraiment ? Vous constaterez sans doute que non, tout n'est pas si épouvantable autour de vous.

     

    6 - Rester à 'écoute des autres.

    L'empathie, faculté de comprendre et connaître les autres en s'identifiant à eux, est une qualité maîtresse qui facilitera vos relations et votre regard sur la vie. Essayez de vous mettre à la place de vos proches, et de personnes éloignées que vous trouvez pénibles : votre patron est énervé (son fils a de gros soucis de santé), votre mari n'est pas à prendre avec des pincettes (son travail l'angoisse), votre grand adolescent est désagréable (sa petite amie l'a quitté), etc. Si vous aviez leur vie étiez à leur place, seriez-vous toujours aimable ?

     

    7 - Garder le sens du plaisir et de la fête.

    "Ne nous enfermons pas dans le rythme monotone des journées, cultivons nos amitiés, partons à la rencontre des autres, établissons des liens nouveaux", recommande Claude de Milleville. Vous êtes crevé ? Sachez faire simple (pas de grand dîner avec tralala), mais ne ratez pas un bon moment. "Se priver de présences, sous prétexte de se préserver et de dormir, ne peut en aucun cas nous apporter de bénéfice. La vie nous demande d'avancer, et non de nous économiser et d'être avare de nous-même ! ", ajoute-t-il.

     

    8 - Se réconcilier avec son passé.

    S'accepter, c'est se mettre à jour de son passé, laisser de côté les ressentiments et vieilles rancunes, accepter ce qui ne peut être changé, digérer les histoires familiales, les séparations, les deuils. C'est aussi régler les situations inachevées (disputes, tensions). Cette démarche adulte est essentielle pour partir d'un bon pied vers le bonheur et éviter les regrets, inutiles et douloureux.

     

    9 - Trouver un sens à sa vie.

    Qui suis-je ? Pourquoi suis-je en vie ? Si vous avez déjà des réponses à ces questions existentielles, vous êtes sur le chemin de la réalisation de vous-même. Sinon, que diriez-vous de réfléchir un peu à vous, à vos valeurs personnelles (le travail, l'amour, la famille, l'ordre, la liberté...), pour préparer vos objectifs et vous employer à les réaliser au moins déjà pour cette nouvelle année ?

     

    10 - Préserver sa liberté.

    Pour se sentir bien avec les autres, il faut ne pas se laisser enfermer par leurs désirs, mais savoir dire non, exprimer ses sentiments, ses envies et ses besoins. Sinon, la frustration s'accumule et nuit à l'épanouissement. Ne craignez pas leurs jugements, choisissez seule, librement, ce que vous voulez faire et ne pas faire, et refusez de vous laisser manipuler !

     

    11 - Positiver !

    Le bonheur au quotidien c'est d'abord un état d'esprit capable d'orienter nos pensées et nos actions de manière positive. Modifier la manière dont nous réagissons aux événements, petits et grands, heureux et malheureux, de notre existence, c'est déjà pousser la porte du bonheur. Pour trouver le bonheur, il convient donc de commencer par un travail sur soi, par une compréhension de la manière dont nous nous comportons avec nous-même et les autres, dont nous sommes capables, ou non, de créer du dynamisme autour de nous.

    - La première recette du bonheur est d'adopter une attitude résolument positive face à toute chose, y compris face aux événements douloureux que l'existence nous réserve.

    - Rien n'est plus radicalement contraire à la quête du bonheur que l'enfermement dans le malheur, la souffrance ou la tristesse. Colère, jalousie, esprit de revanche entraînent des souffrances psychiques qui bloquent la possibilité de se projeter et de donner du sens à nos actions.

    - Eviter le ressentiment, cesser de ressasser un échec ou une frustration, en finir avec les regrets. Au contraire, se placer toujours dans une dynamique de l'action pourvoyeuse de solutions, d'envies et de satisfaction. En orientant nos actions vers des démarches constructives, nous rendons notre esprit heureux.

    - L'accès au bonheur passe donc obligatoirement par une meilleure gestion de nos émotions, de nos relations avec les autres, de nos frustrations qui gâchent parfois ce que l'instant peut contenir de plaisir et d'intensité.

     

    Enfin, chaque jour, nous vivons des dizaines de petits bonheurs qu'on ne voit ni ne réalise souvent même pas. Pourtant, le bonheur est avant tout fait d'une somme de petits bonheurs... En s'en rendant compte, on se donne encore plus de chance de commencer et de finir ses journées en pleine forme.

     


    votre commentaire
  •  

    Conseils issus du magasine Santé Douce - spécial stress, trimestriel n°4 (septembre, octobre, novembre 2016)

     

    Qu'est-ce qui nous fait basculer de l'usage festif à l'abus, puis à la dépendance à l'addiction ? Que recherche-t-on dans les substances ou les comportements addictifs ? Pourquoi est-on plus vulnérables à certains moments de sa vie ? Comment vit-on quand un plaisir devient un enfer ? Comment retrouve-t-on sa liberté ? Petit tour d'horizon des addictions les plus communes et des moyens de s'en défaire.

     

    Si l'on parle de définition, l'addiction correspond à l'asservissement dont est victime une personne par rapport à une substance ou une activité. On retrouve de grandes formes d'addictions bien connues comme les différentes sortes de toxicomanies qui peuvent attaquer gravement la santé, mais il existe aussi des addictions plus courantes, pourrait-on dire, comme les personnes qui ne peuvent se passer de café ou de grignotage. Certaines victimes ne sont pas vraiment conscientes des ravages que peut représenter leur addiction, mais la plupart ne peuvent s'en passer en dépit du fait qu'elles soient parfaitement informées des conséquences négatives ayant de fortes chances de se produire.

     

    Un peu d'histoire...

    Le mot est d'origine latine, il était relié au phénomène de l'esclavagisme pendant la période romaine. Ensuite, le mot est passé dans le domaine médical et enfin psychiatrique. Il a dérivé tout en gardant ses caractéristiques premières, mais au sens figuré. Freud parlait d'"habitudes morbides" et il est vrai que parmi ces comportement addictifs, l'attrait à la mort via un comportement allant jusqu'aux extrêmes, avec des tentatives de suicides, parfois répétés, est un phénomène relativement classique. L'autodestruction n'est jamais très loin, l'homme étant par nature à un moment ou un autre attiré par l'excès. L'addiction est donc complexe et tout en se déroulant de façon relativement connue où l'on retrouve les notions de manque, d'endorphines, de plaisirs, de comportement obsessionnel...

     

    Un problème de santé publique.

    Il s'agit d'un problème de santé publique majeur en France comme ailleurs dans le monde, en particulier en ce qui concerne la surconsommation de substances psycho-actives. 100 000 personnes meurent de ces addictions en France, par accident ou maladie (dont environ 40 000 cancers). D'après les statistiques gouvernementales, la conduite addictive serait responsable d'environ 30% de la mortalité avant 65 ans.

    L'addiction est donc un phénomène global qui touche tout aussi bien l'alcool, que la drogue ou le tabac, la sexualité, l'alimentation, l'informatique, les achats compulsifs et le jeu pour ne citer que ceux-là.

    Ces phénomènes addictifs intéressent à la fois les sociologues, comme les médecins, les politiques et les simples citoyens du fait que cela nous concerne tous. Plus les sociétés progressent, se modernisent, offrent de nouveaux moyens, plus les comportements liés à l'excès se développent. La recherche porte donc en priorité sur la protection vis-à-vis de comportements à risque. Etant donné que certains individus parviennent à résister à des dépendances, y compris à la drogue, il est essentiel de parvenir à déterminer par quel moyen physique ou psychologique le processus de résistance se met en place.

     

    Petite dépendance ou abus ?

    On ne traite pas de la même manière une personne qui fume 10 cigarettes par jour et celle qui consomme deux paquets, une personne qui boit de l'alcool régulièrement et celle qui ne peut plus s'en passer, ou une personne qui grignote des sucreries toute la journée avec celle qui mange chaque fois des quantités aberrantes de nourriture. Même si ce n'est pas encore une addiction avérée, une simple dépendance est toujours à surveiller car elle peut dégénérer en cas de souci personnel, professionnel ou financier. M"fiez-vous, cela n'arrive pas qu'aux autres !

     

    Addiction et dépendance.

    L'addiction est très liée au phénomène de dépendance. Nous connaissons tous la signification de ce mot. Lorsque l'on est victime d'une addiction, quelle qu'elle soit, nous devenons dépendants. Notre état devient alors pathologique, car nous avons absolument besoin de consommer une substance précise ou de pratiquer une activité, et ce de façon répétée.

    Certains psychiatres se sont appuyés sur l'étymologie du mot addiction pour aller vers une explication de la dépendance., dont la source se trouverait en fait dans un sentiment de dette que ressent la personne et qu'il faudrait aller chercher dans des carences affectives passées. D'autres se sont appuyés sur les dépendances non chimiques pour affirmer que nous sommes susceptibles de devenir dépendants non pas d'une substance, mais du plaisir que nous a donné l'expérience de cette substance. Ces explications mettent en avant en partie le cercle vicieux qui s'installe, et non pas uniquement suite à une absorption de drogues.

    Ce cycle s'installe sur des éléments anodins ou non. En effet, il peut s'agir de tabac, comme d'ingrédients sucrés, d'alcool comme de chocolat, le phénomène n'est donc pas rare et pas toujours inquiétant.

     

    Usage, abus et dépendance.

    Usage, abus et dépendance sont les trois phases classiques de l'addiction selon William Lowenstein. Notre cerveau tend à nous faire répéter des actes qui lui ont procuré du plaisir, mais une transformation va s'opérer au fil des répétitions. Au point que le cerveau ne parviendra plus à fonctionner sans cet apport. Mais W. Lowenstein reconnaît que nous ne sommes pas tous vulnérables au même niveau. Certains vont ainsi rester au stade de l'usage, voire de l'abus, sans passer à la dépendance, alors que d'autres ne pourront résister.

    L'aspect génétique est l'un des grands espoirs. La Recherche essaie d'avancer sur ce chemin, même si à l'heure actuelle aucune piste de traitement n'a été mise à jour de façon concrète. Un ingrédient ou une activité procure du plaisir et l'on souhaite donc renouveler cette sensation, ce qui fait preuve de bon sens à vrai dire. Comme toujours, le problème qui se pose est celui des limites et du contrôle de soi-même.

    La dépendance va s'installer via plusieurs éléments :

    > Ce qui détermine la dépendance :

    Il existe des substances qui ont un effet physique sur le métabolisme, sans que cela ne soit forcément prévisible. Nous savons tous que l'alcool, le tabac, les différentes drogues douces ou dures, tout comme les médicaments ont un effet et des conséquences physiologiques qu'un médecin peut décrire avec précision. Chaque individu cependant réagit différemment à la première prise, certains aiment, d'autres non, certains éprouvent un certain plaisir, d'autres sont malades. Chaque métabolisme et patrimoine génétique réagit à sa façon, mais le fait est que le renouvellement des expériences entraîne une dépendance physique qui n'a rien d'hypothétique. Cela fait maintenant plusieurs années que les médecins ont démontré l'action des bêta-endorphines du cerveau, produites sous l'effet de certains comportements. Ce qui provoque donc le désir de renouveler l'expérience, encore et encore. L'effet de la dopamine également entraîne souvent un phénomène de répétition.

    > L'aspect psychologique :

    En dehors de cet aspect, c'est bien entendu le côté psychologique qui vient immédiatement se greffer, qu'il s'agisse de la prise de drogues au sens large, ou d'activités. On inclut ici ce qui est nommé aujourd'hui "les toxicomanies sans drogues", dans lesquels on inclut par exemple les comportements boulimiques ou le grignotage systématique (compulsions alimentaires). Il devient difficile de résister à l'attrait que représente l'habitude que cela pose ou va poser. Ces soucis peuvent être de plusieurs ordres, physiques là encore avec maladies à la clé, ou sociaux avec retrait de la vie en société. La difficulté de résister devient insurmontable. Les psychiatres présentent des explications différentes qui mettent en avant des origines bien plus profondes et qui se situent dans le passé de l'individu ou dans son histoire familiale.

    > Le phénomène temporaire :

    Il existe également des cas où le phénomène addictif est temporaire. Certaines femmes peuvent vivre des moments d'intense grignotage à des moments plus difficiles de leur vie par exemple.

     

    Qui peut être touché ?

    Il est quasiment impossible de faire un diagnostic prédictif que ce soit de la part de l'environnement médical comme de l'entourage familiale. Quasiment n'importe qui peut être victime d'une addiction lorsque les circonstances affectives ou relationnelles sont défavorables. En effet, la personne victime d'une addiction procède la plupart du temps par un réflexe naturel d'adaptation lui permettant de faire face à des situation difficiles. La définition de cette situation est complètement subjective en fonction des individus, d'où la difficultés à prévoir mais aussi à soigner.

    Quant à la notion de plaisir liée au moment, elle s'accompagne quasiment toujours d'un sentiment de culpabilité qui explique que nombre de personnes concernées cherchent régulièrement à arrêter ou contrôler ce qu'ils finissent par identifier comme un problème.

     


    votre commentaire
  •  

    Conseils issus du magasine Santé Douce - spécial stress, trimestriel n°4 (septembre, octobre, novembre 2016)

     

    Comme pour l'article au sujet des conseils anti-stress et anxiété, j'ai fait un peu de tris dans les conseils qui à la base, étaient au nombre de trente.

     

    L'énergie vitale humaine porte plusieurs noms en fonction des cultures. En Inde, on l'appelle "prana", au Japon "Ki", en Chine "chi" et en occident "bio-énergie". Cette énergie vitale est la source de vie qui vous permet de garder un bon tonus mental et physique quelles que soient la saison et les circonstances. Voici 30 conseils essentiels d'experts santé, à suivre pour un métabolisme en pleine forme tout au long de l'hiver.

     

    Le corps et l'esprit ne font qu'un. Si l'un est en souffrance, l'autre ne peut pas aller bien. C'est pourquoi, dans nos existences surmenées où tout va trop vite, il est essentiel de comprendre comment notre être fonctionne pour lui donner tous les moyens possibles de se recharger en bonne énergie, tant sur le plan physique que sur le plan mental.

     

    Votre tonus intellectuel.

    Lorsque vous vous livrez à une activité, qu'elle soit physique ou intellectuelle, celle-ci requiert un effort plus ou moins intense de la part de votre organisme qui entraîne de la fatigue. Il existe des méthodes pour contrer cet effet et booster votre tonus.

    La fatigue peut se définir comme une sensation d'affaiblissement physique mais aussi psychique. Elle est le signe que l'organisme n'arrive plus à faire face. Il existe différentes formes de fatigue, dont la fatigue intellectuelle et la fatigue mentale ou psychique.

    La fatigue intellectuelle se manifeste lorsque le cerveau n'a plus l'énergie suffisante pour produire un effort. Dans une telle situation, la capacité de concentration et de mémorisation s'atténue, voire disparaît. Ce véritable "black out" peut par exemple toucher particulièrement les étudiants en période de révisions. Cette fatigue intellectuelle s'accompagne de sensations désagréables qui cèdent avec le repos. La fatigue intellectuelle se traduit classiquement par des troubles de l'appétit et du sommeil, des trous de mémoire... 

    Les troubles de la fatigue nerveuse ou psychique sont extrêmement nombreuses et souvent difficiles à mettre en évidence. Elle est souvent la conséquence de circonstance socio-environnementales éprouvantes (vie familiale, travail, surmenage intellectuel et physique, stress...). En effet, la vie trépidante, frénétique, traumatisante, joue un rôme important dans la fatigue nerveuse. Cette fatigue associe un manque de forme physique et intellectuelle. Le repos est inefficace, parfois même il aggrave la sensation de fatigue. Les coups de pompe sont intenses et fréquents. Aux troubles psychologiques comme la tristesse ou la morosité, s'ajoutent des symptômes physiques : douleurs en tous genres, troubles digestifs, perturbations de l'appétit pour n'en citer que quelques-uns.

     

    Retrouver, conserver et doper son tonus intellectuel.

    Selon les neuroscientifiques, il existe de nombreuses pistes pour stimuler son tonus intellectuel. Et ce qui est important à retenir, c'est qu'il faut toutes les combiner entre elles pour avoir un véritable résultat. Il ne s'agit donc pas de choisir la piste qui nous convient le mieux, mais de toutes les mettre en place en même temps, car elles vont chacune travailler différemment sur nos neurones et notre tonicité cérébrale.

     

    1 - Ce qui est bon pour le coeur est bon pour le cerveau.

    L'exercice physique vaut mieux que n'importe quelle autre stratégie pour garder la matière grise à sa meilleure forme. Le docteur Rockwood recommande de faire de l'exercice aérobie au moins cinq fois par semaine, à raison de 30 minutes à chaque fois. "Vous devriez souffler et haleter, ajoute-t-il, pour élever votre rythme cardiaque." Bref, non seulement c'est essentiel de faire du sport, mais c'est également nécessaire de transpirer. Par ailleurs, un exercice de musculation ajouté à votre routine permettra à votre capacité de réflexion de se surpasser. Il est conseillé de faire travailler en alternance les bras et les jambes. L'exercice physique stimule toute la circulation sanguine, oxygène le cerveau et permet de libérer ses tensions et de fabriquer les hormones du bonheur et du bien-être : ce sont les endorphines.

     

    2- Avoir une activité intellectuelle quotidienne et variée.

    Quelle qu'elle soit à vrai dire, en fonction de ses capacité et des goûts (travailler, lire, écrire, créer, aller au cinéma, peindre, jouer...). Continuer à converser avec d'autres, se tenir informé font aussi partie des "traitement" anti-âge de nos neurones. Les résultats de la Recherche montrent également que plus vous passez de temps aux études, plus vous pourrez tenir la démence à l'écart. Le docteur Rockwood explique que "les études formelles pourraient bien établir la base d'un cerveau performant pour toute la vie, ou encore, il se pourrait que les gens instruits recherchent naturellement la nouveauté ou des stimuli intellectuels." En définitive, l'apprentissage est la fonction première du cerveau et plus vous apprenez, plus il en tire avantage.

     

    3 - Privilégier l'optimisme.

    Il a été prouvé que la baisse de forme comme le vieillissement sont intimement liés à l'attitude de la personne : être optimiste, sourire, rire, rencontrer des gens, bref rester actif est la meilleure médication préventive. Il faut donc POSITIVER pour rester en forme. Car les pensées positives apportent du bien-être à l'inverse des pensées négatives qui vous font couler vers le fond. Choisissez de vous entourer de personnes gaies, souriantes et bienveillantes. Fuyez les personnalités toxiques.

     

    4 - Tendre vers la nouveauté.

    Apprendre quelque chose de nouveau, comme un instrument de musique ou une langue, en particulier après 25 ans, est un bon moyen de garder la matière grise alerte. Et plus éprouvez de difficulté, plus le jeu en vaut la chandelle. "Cela signifie que le cerveau trouve l'effort pénible", explique le docteur Rockwood. Avant d'intégrer un apprentissage, votre cerveau travaille à établir toutes sortes de connections nouvelles et importantes. Lorsque vous maîtrisez la nouvelle habileté, il est temps de passer à une autre nouveauté. Idem pour les échanges humains : rencontrer de nouvelles personnes est extrêmement stimulant pour le mental.

     

    5 - Oxygéner son cerveau et le mettre eu repos.

    Votre cerveau sera plus rapide, plus dynamique, plus tonique s'il bénéficie d'une bonne oxygénation. Pour cela, pendant 5 minutes, respirer profondément en prenant une inspiration de 5 secondes et une expiration de 5 secondes. La respiration est essentielle comme la méditation et le yoga. Par ailleurs, un sommeil de qualité vous garantira une vivacité d'esprit et vous évitera des pertes de mémoire. Arrêtez le travail de révision ou un dossier pour le lendemain 1/2 heure au moins avant le coucher afin de relâcher votre esprit et bien vous détendre pour préparer une bonne nuit. Un coucher et un réveil à heures régulières permettront une bonne récupération et un sommeil de qualité.

     

    6 - Nourrir ses neurones par l'alimentation.

    Pour nourrir ses neurones, votre cerveau raffole de corps gras mais pas n'importe lesquels, les Oméga 3 naturellement présents dans les poissons gras (saumon, maquereaux, sardines, anchois, thon), les noix et concentrés en grand nombre dans l'huile de lin. Enfin, pour conserver un bon tonus intellectuel, une nourriture riche en fer qui permet le transport de l'oxygène jusqu'au cerveau (jaune d'oeuf, lentilles, quinoa, mollusques...), et en phosphore (poisson) vous sera bénéfique. Les vitamines du groupe B (principalement les vitamines B1, B6, B9 et B12) sont idéales dans le processus de la mémoire, car elles permettent la fabrication de l'acétylcholine nécessaire pour maintenir de bonnes facultés d'apprentissage.

     

    7 - Maintenir un bon équilibre nerveux.

    Le magnésium d'origine naturelle, magnésium marin, s'assimile parfaitement bien par l'organisme contrairement aux magnésiums de synthèse qui occasionnent dans la majorité des cas des désordres digestifs. Associé à de la vitamine B6, le magnésium marin B6 est un rééquilibrant du système nerveux. Il permet de détendre tout l'organisme et de relâcher l'ensemble des muscles du corps. A recommander pour les étudiants, adolescents et enfants angoissés et stressés à l'approche des examens. Le plasma marin isotonique PMI issu de l'eau de mer micro filtrée est un concentré de minéraux et oligo-éléments nutriments essentiels de nos cellules. Il permet une excellente revitalisation pour retrouver énergie et vitalité. Une cure d'attaque pour faire le plein d'énergie en période intensive de travail ou de révision des cours est salutaire. 

     

    8 - Penser à l'homéopathie.

    L'homéopathie est à la fois idéale pour booster sa mémoire, redonner un coup de fouet mental et vaincre fatigue et stress. Voici plusieurs granules à privilégier.

    > Phosphoricum acidum 7 à 9 H

    Ce remède st classiquement utilisé chez des sujets jeunes, à tendance dépressive, qui, suite à des efforts intellectuels intenses, ressentent une fatigue cérébrale, voire physique, un découragement, une tendance à l'isolement. Il pourra être très bénéfique pour stimuler la mémorisation,  condition de l'utiliser en moyenne dilution, soit 7 à 9 H deux prises par jour.

    > Kalium phosphoricum 7 à 9 H

    Il traite lui aussi les états faisant suite à un surmenage cérébral dû par exemple à des programmes d'études surchargés. Les symptômes sont : un sentiment d'incapacité cérébrale, des difficultés de compréhension, des baisses de mémoire, des oublis de mots ou de lettres. A utiliser chez un sujet ayant une importante charge de travail intellectuelle : 7 à 9 H, deux prises par jour.

    > Calcarea phosphorica 15 H

    A utiliser quand on voit ses capacités intellectuelles (attention, mémorisation...) faiblir en fin de trimestre ou au changement de saison. Prévoir une dose par mois tout au long de l'année.

    > Zincum metal 7 à 9 H

    A prendre si on constate une fatigue psychique et nerveuse, avec épuisement et abattement. Le sujet est lent, obnubilé, mais présente une agitation physique prédominant au niveau des pieds. Les troubles du sommeil sont fréquents, toujours accompagnés de cette agitation des pieds. Ce remède pourra être bénéfique en 7 H deux prises par jour.

    > Anacardium orientale 9 H

    Il convient à un sujet qui, suite à un effort intellectuel, se plaint de céphalées, de fatigue intellectuelle, se montre agressif envers son entourage, et décompense en mangeant. Deux prises par jour en 9 H.

    > Gelsemium 9 H

    Ce remède est souverain dans les états de stress apparentés au trac. Il conviendra tout particulièrement aux veilles d'épreuves orales, de prises de parole en public ou de compétitions sportives. Une prise la veille, ou plusieurs jours avant au coucher si l'état anxieux est manifesté, et une prise le matin de l'épreuve.

     

    9 -  Ralentir et apprendre à dire non.

    Ne pas se fixer d'objectifs impossibles à atteindre, apprendre à ralentir, à prendre le temps de vivre et d'apprécier (les gens qu'on voit, ce qu'on mange, ce qu'on fait, ce qu'on écoute...) est essentiel pour maintenir un état psychologique au top. Il faut également apprendre à dire non à tout ce qui nous fait du mal ou du tort. Cela peut paraître simple à première vue, mais c'est extrêmement compliqué. Ne pas mettre la barre trop haute, être indulgent envers soi-même, relativiser, accepter ses imperfections sont autant de pistes pour se maintenir en pleine forme.

     

    10 -  S'entourer d'amour.

    Aimer et être aimé, quoi de meilleur dans la vie ! Mais pour aimer les autres comme ils le méritent, il faut déjà apprendre à s'aimer soi-même. Comment être bienveillant avec autrui si on s'auto-flagelle en permanence ? Alors, pour être et rester en pleine tout au long de sa vie, il faut donner beaucoup d'amour et en recevoir tout autant, à commencer de soi-même. L'amour est une bulle de protection qui peut faire des miracles en termes de prévention santé et même parfois comme remède. En plus, ici, pas question de modération, vous pouvez en user et en abuser !

     

    11 - Dormir suffisamment.

    Un bon sommeil est la condition sine qua non à une bonne santé. Selon les personnes, une moyenne de 6 à 8 heures par jour est essentielle pour recharger ses batteries et refaire le plein d'énergie vitale. Pour y arriver, il faut un bon lit et un oreiller qui vous correspondent, une pièce à 19°C, sans lumière, du calme avant de se coucher et surtout de la régularité. Que vous soyez couche-tôt ou couche-tard peu importe, ce qui est important c'est de veiller à s'endormir et à se lever à peu près aux mêmes heures tous les jours, en respectant les besoins de sommeil de son horloge biologique. Evitez à tout prix les somnifères et si besoin, demandez à votre médecin traitant de les remplacer par des solutions naturelles à base de plantes comme Euphytose ou Mildac (à la base de Millepertuis).

     

    12 - Choisir une activité physique "plaisir"... et s'y tenir !

    C'est la 2° règle essentielle d'un physique au top. Mais pour y arriver, surtout quand on n'est pas sportif, il faut absolument choisir une activité où l'on se fait plaisir. Marcher 30 minutes rapidement plusieurs fois par semaine est excellent et suffisant. Mais d'autres activités concentrées sur l'énergie vitale sont fabuleuses pour la santé. Il s'agit du Pilates, du yoga, du Qi-Gong, du Taï-Chi, de l'aquagym et de la natation. Tous ces sports sont à la fois excellents pour renforcer votre tonus musculaire profond et brûler des calories sans en avoir l'air, tout en privilégiant la respiration, les étirements, la relaxation et le travail sur les méridiens. Si vous souhaitez la compléter par une activité plus "cardio", ce sera parfait.

     

    13 - Manger avec modération.

    La règle n°1 pour avoir une alimentation équilibrée et rester mince et en bonne santé, c'est de ne pas consommer plus de calories que l'on en dépense chaque jour. Pour cela, il faut privilégier 3 repas par jour, en consommant plus de calories au petit déjeuner et déjeuner. Il faut également respecter les principes de la diète méditerranéenne avec des protéines (poissons, fruits de mer, oeufs, peu de viandes et si possible, blanches), beaucoup de légumes, des fruits, des céréales et le moins de graisses et de sucres possibles. Retenez aussi de toujours manger des choses agréables à l'oeil et qui vous font plaisir, de prendre le temps de bien mâcher et de toujours sortir de table avec l'impression d'avoir encore un tout petit peu faim. Privilégiez les cuissons vapeur, grillées et à l'eau et variez les huiles en évitant de les faire cuire (l'huile d'olive est recommandée).

     

    14 - Boire en quantité suffisante.

    Boire quand on a soif est déjà trop tard ! Il faut donc veiller dès le matin à boire de l'eau, du thé, des tisanes sans sucres et de continuer régulièrement tout au long de la journée pour arriver à environ 1,5 litre d'eau par jour. L'eau est la base de notre énergie vitale. Elle contribue à hydrater notre corps et nos neurones.

     

    15 - Recette de grand-mère : le citron à jeun !

    Voici une astuce "forme" qui devrait vous éviter de nombreux petits maux grippaux et gastriques de l'hiver. Il suffit de prendre chaque matin à jeun, avant votre petit déjeuner, le jus d'un demi-citron jaune bio dans un verre d'eau tiède ou chaude (sans sucre). Plein de vitamines, excellent pour le transit et pour favoriser l'élimination, il vous donnera la pêche chaque jour !

     

    16 - Bannir tout ce qui est mauvais.

    Plus facile à dire qu'à faire, mais c'est pourtant essentiel pour notre tonus. On sait tous qu'il faut bannir le tabac, l'alcool et les drogues, qu'il faut absolument réduire nos doses de café même de thé (seulement si on en abuse), mais savez-vous que pour être au maximum de votre forme, il faut aussi réduire le mauvais gras et les sucres rapides et supprimer au maximum de votre alimentation le gluten et tous les produits à base de lait de vache (à remplacer par de la brebis ou du chèvre).

     

    17 - Adopter les compléments alimentaires.

    L'homme a longtemps rejeté l'aide de la nature au profit de thérapies de plus en plus sophistiquées. Aujourd'hui, il se détourne progressivement des médicaments aux effets secondaires souvent graves et redécouvre l'utilité des compléments alimentaires (produits naturels, d'origine végétale ou minérale, sous forme de gélule, poudre, jus, etc.) et des aliments compléments (levure, spiruline, germe de blé, sélénium, magnésium, vitamine C, etc.). Sauf très rares contre-indications, ces produits nous aident non seulement à combler les carences d'une nourriture trop raffinée, dévitalisée et mal équilibrée, mais aussi à tempérer notre système nerveux dangereusement surmené.

     

    18 -  Faire des micro-siestes.

    Chaque jour, par exemple après le déjeuner, accordez-vous 10 ou 15 minutes pour refaire le plein d'énergie pendant une micro-sieste à faire les yeux fermés et au calme. Débranchez le téléphone et si possible, allongez-vous.

     

    19 - Méditer chaque jour.

    Pas facile d'apprendre la méditation en plein conscience. Pourtant, ses effets sur la forme physique et mentale sont désormais largement prouvés. Il suffit pour cela de s'accorder 10 minutes, matin et soir (au lever et au coucher) pour essayer d'être totalement présent à soi-même, en prenant conscience de sa respiration, en laissant aller et venir ses pensées sans les retenir. Les résultats sont garantis et plus vous pratiquer, plus vous serez efficace et moins vous pourrez vous en passer.

     

    20 - Pratiquer une mono-diète hebdomadaire.

    Autre technique idéale pour détoxifier son organisme, c'est de pratiquer un jour par semaine (ou au minimum un jour par mois) une mono-diète à base de soupe de légumes par exemple, pour permettre à son corps de lâcher ses toxines, ses excédents et de repartir du bon pied. Il suffit pour cela de boire beaucoup d'eau en complément et d'en profiter pour se reposer au maximum ce jour-là.


    votre commentaire
  •  

    Conseils issus du magasine Santé Douce - spécial stress, trimestriel n°4 (septembre, octobre, novembre 2016)

    L'article contient normalement 100 conseils mais certains d'entre eux préconisent divers achats. J'ai donc sélectionné les conseils qui sont à la porté de tous et qui ne nécessitent pas de mettre la main au porte monnaie.

     

    1 - Une minute de rire par jour.

    Une minute de rire provoque ensuite quarante-cinq minutes de relaxation physique ! C'est idéal pour le système végétatif, la digestion et les poumons... Multipliez les occasions : humoristes, films drôles, jeux avec les enfants, etc.

     

    2- Respirez à fond.

    Assise, corps droit, mains sur les genoux, regard dans le vague, concentrez-vous sur votre respiration. Inspirez lentement et faites durer votre expiration (au moins 30 secondes). Videz-vous bien, soyez à ce que vous faites.

     

    3 - Gros dodo obligatoire !

    Chaque soir, récupérez en dormant comme un bébé. Sur l'oreiller, trois gouttes d'huile essentielle d'eucalyptus assainiront l'atmosphère et éloigneront insectes et acariens. Sachez être à l'écoute de vos rythmes biologiques. Vous devez dormir entre 6 et 8h par nuit.

     

    4 - Micro sieste à effet garanti.

    Faire la sieste est le meilleur des remèdes contre la fatigue. Si vous n'avez pas le temps de dormir une demie-heure après le déjeuner, faites une pause de 5 à 10 minutes seulement, en fermant les yeux, porte verrouillée et téléphone coupé. Mettez-vous à l'aise sans ceinture qui serre.

     

    5 - Comme un chat.

    Allongée sur le dos, bras et jambes en X, tendez vos membres au maximum. Etirez-vous sans vergogne, aussi souvent et aussi longtemps que vous en sentez le besoin. N'hésitez pas à grogner de plaisir !

     

    6 - Stop au tabac !

    Outre les risques graves que vous encourez lors de l'inhalation d'une cigarette, celle-ci fatigue l'organisme en pompant directement dans vos réserves vitaminiques. De nombreuses méthodes peuvent vous aider à décrocher. Demandez conseil à votre médecin.

     

    7 - Limitez café et excitants.

    Le café favorise une fatigue de "rebond" et crée une rapide accoutumance. Il vous donne donc l'impression de vous aider à rebondir, de vous stimuler. Mais attention, plus dure sera la chute ! Il convient donc de limiter le nombre de cafés absorbés dans une journée, d'éviter toute prise après 16h, et de le remplacer le plus souvent possible par des formules décaféinées.

     

    8 - Il faut é-li-mi-ner.

    On ne le répétera jamais assez : il faut un litre et demi d'eau par jour pour éliminer les toxines. Si vous ne respectez pas cette règle élémentaire, ne vous étonnez pas d'être fatiguée. Astuce ôur contrôler sa consommation : ouvrir chaque matin une nouvelle bouteille.

     

    9 - Démarrez à l'orange.

    Certaines couleurs ayant un impact sur notre comportement et nos fonctions biologiques, rien de tel pour commencer la journée que le rouge orangé ! Les études montrent en effet qu'il stimule l'appétit et la digestion. N'hésitez donc pas à boire chaque matin un bon cocktail vitaminé : orange et pamplemousse fraîchement pressés.

     

    10 - Protéinez-vous la vie.

    Soignez votre ration de protéines : viande, poisson, oeufs, laitages. Pour conjurer les effets de la fatigue, efforcez-vous de consommer ces nutriments "reconstructeurs" à chaque repas, petit déjeuner compris.

     

    11 - Massage au sèche-cheveux.

    Vite fait bien fait, faites-vous un tantien. Ce massage énergétique chinois se pratique avec un sèche-cheveux (sur température basse) : on chauffe doucement le ventre sous le nombril, c'est idéal pour le bien-être abdominal.

     

    12 - Plus de grasse matinée le week-end.

    Pour se lever du bon pied durant la semaine, il faut éviter de faire la grasse matinée le week-end. C'est la recommandation d'un spécialiste de Chicago, qui estime que cette pratique pourtant agréable détraque notre horloge biologique.

     

    13 - En avant la musique !

    Celle-ci agit sur la pression artérielle, l'estomac, le cerveau et le taux des hormones du stress. Particulièrement conseillés : Le largo de Xerxès de Haendel, le Cygne de Saint-Saëns et le Panis Angelicus de César Franck.

     

    14 - Faites la planche.

    A bout de force et de nerfs ? Allongez-vous au sol (pas sur un lit), le corps bien plat, membres détendus. Au besoin, calez vos reins avec un petit coussin. En 10 minutes, tout est oublié.

     

    15 - Habillez-vous confortablement.

    Pensez au confort de votre corps car la fatigue s'aggrave lorsqu'on entrave la circulation sanguine. Prévoyez des vêtements larges et proscrivez les soutiens-gorge qui compriment, les slips serrés et autres jeans moulants.

     

    16 - Apprenez à dire "non" !

    Tous les spécialistes de la gestion du temps le répètent, savoir dire non est l'une des compétences essentielles, que pourtant peu d'entre-nous maîtrisent parfaitement, pour ne pas être inutilement débordés; Au travail comme à la maison, les sollicitations sont nombreuses, et la pression que les autres exercent sur nous est souvent considérable. Nous devons agir pour ne pas nous laisser envahir en apprenant à dire non sur l'accessoire ou le superflu.

     

    17 - Une alimentation équilibrée.

    Mieux manger pour augmenter notre résistance au stress consiste à introduire dans notre alimentation des aliments comme : 

    - les fibres (pain complet, céréales, fruits et légumes),

    - les poissons maigres et gras,

    - les glucides complexes (pâtes, pain, riz complet, lentilles, haricots, pois...),

    - les huiles végétales et les oléagineux.

    En revanche, sont à éviter :

    - les sucres simples (bonbons, pâtisseries), les charcuteries, les viandes grasses, le beurre et les sauces.

     

    18 - Alcool à consommer avec modération.

    La réduction de la consommation d'alcool est indispensable pour accroître sa résistance personnelle au stress. Un verre par jour suffit pour se faire plaisir !

     

    19 - Un exercice physique régulier.

    Selon les médecins du sport, pour se maintenir en force cardio-vasculaire, il suffirait de trois séances d'exercice par semaine d'au moins 20 minutes, à une fréquence cardiaque d'au moins 60% de votre fréquence maximale (fréquence cardiaque maximale = 220 moins votre âge). A défaut, vous pouvez favoriser la marche, dont les vertus sont réelles à condition d'y consacrer au minimum une demi-heure chaque jour et de marcher à bonne allure.

     

    20 - Exercice bras croisés.

    C'est un exercice parfait pour détendre toute la partie supérieure du corps : bras croisés, tenez chaque coude avec votre main opposée et tirez lentement, de plus en plus fort, en essayant d'écarter les bras.

     

    21 - Haussez les épaules.

    Des que vous sentez une masse de plomb s'abattre sur votre nuque, faites bouger vos épaules l'une après l'autre en les haussant et en les faisant tourner. Dix petits tours d'un côté, dix petits tours de l'autre...

     

    22 -Faites des pauses régulières.

    Que ce soit au travail ou à la maison, faites des pauses. Il ne s'agit pas de temps perdu, mais de récupérations indispensables.

     

    23 - Les activités que l'on aime.

    Pratiquer une activité que l'on aime induit un état émotionnel favorable et opposé à celui d'une réaction de stress. Cela permet de relativiser et de prendre de la distance avec les soucis du quotidien.

     

    24 - Une bonne atmosphère.

    Lorsqu'il fait trop chaud ou que l'air est trop sec, le corps s'en ressent, le tonus baisse. Dans la maison, veillez à ce que la température ne dépasse pas 20°C le jour, 16°C à 17°C la nuit.

     

    25 - Pain d'épice à privilégier.

    Souvent utilisé par les sportifs, le pain d'épices est bourré d'énergie. Fait de seigle, de miel, de cannelle, de muscade, de clous de girofle et de gingembre, il est très digeste et "cale" les petits creux.

     

    26 - Nettoyage par le vide.

    De nombreux psychothérapeutes conseillent de s'installer chaque jour dans un fauteuil et de contempler longuement un objet beau et simple : une fleur, un oeuf... Une bougie allumées, c'est encore mieux !

     

    27 - Le plein de fer.

    Toutes les enquêtes montrent que beaucoup d'anémies, de problèmes de résistance physique et certains défauts de concentration sont dus à une carence en fer. Gorgez-vous de foie de veau ou de boeuf, c'est là qu'il y en a le plus. En cas de carence véritable, consultez votre médecin qui pourra vous prescrire un complément alimentaire à base de fer.

     

    28 - Zen... au volant.

    L'embouteillage n'en finit pas ? Profitez-en pour serrer très fort le volant et le relâcher en cadence. Faites l'exercice plusieurs fois... Si vous sentez la colère vous gagner, regardez attentivement votre visage dans le rétroviseur : radical pour les nerfs.

     

    29 - Prenez votre pied.

    Assise sur une chaise, croisez la jambe et assouplissez vos pieds l'un après l'autre en utilisant les deux mains. Etirez-les, tordez-les. Massez la plante pour provoquer un effet de pompe vasculaire. Le bien-être se fera vite sentir...

     

    30 - Des enfants autonomes.

    Apprenez à vos enfants à être autonomes : plus en faites pour eux, moins ils en feront. Apprenez-leur à se laver, s'habiller, préparer le petit déjeuner.

     

    31 - Rangez et déléguez.

    Commencez par garder une maison un minimum ordonnée, vous retrouverez plus vite objets et papiers que vous cherchez. Cela vous évitera énervement et perte de temps. Ensuite, rendez dans la famille, chacun responsable de ses affaires. Cela diminue le poids que vous avez sur les épaules et vous permet de vous consacrer à d'autres activités plus intéressantes.

     

    32 - La parole est libératrice.

    N'hésitez pas à créer des moments en couple ou en famille pour libérer le stress de la journée. Par exemple, vous pouvez passer un moment tous les soirs pour parler chacun votre tour. Cela permet d'évoquer ses soucis de la journée et aussi les bons moments moments et ainsi, de relativiser avec l'aide des siens.

     

    33 - Prenez du recul.

    Apprenez à reconnaître vos propres signaux d'alarme face au stress ; ne vous laissez pas enfermer dans une logique perverse qui confond valeur personnelle et performance. Prenez du recul par rapport aux choses et aux événements.

     

    34 - Po-si-ti-vez !

    Déterminez toujours votre propre marge de manoeuvre et établissez un plan d'action. Evitez que les situations aient un trop grand retentissement sur vous-même. Ne les amplifiez pas. Positivez. Restez calme et relativisez. Bref, soyez zen !

     

    35 - La détente prioritaire.

    Apprenez à vous détendre pour mieux vous contrôler. Inscrivez-vous (on trouve tout sur Internet) à un cours de yoga, de relaxation ou de gymnastique douce, promenez-vous dans la campagne, la forêt, ou sur la plage. Faites-vous plaisir ! Le dilettantisme est source de sérénité !

     

    36 - Etablissez vos priorités.

    On s'éparpille dans des activités plus ou moins importantes, qui nous grignotent de précieuses heures, et on perd de vue ses priorités. La première chose à faire est donc d'établir la liste de nos activités selon qu'elles sont essentielles, importantes, secondaires ou superflues.

     

    37 - Se fixer des objectifs réalisables.

    Personne n'est parfait. Souvent, nous nous noyons dans des objectifs irréalisables qui entraînent un sentiment d'insatisfaction capable de pourrir notre vie. Il convient donc de préférer des objectifs réalisables et mesurables dans le temps.

     

    38 - Mesurez son efficacité.

    Vous devez savoir à quel moment de la journée (matin, après-midi, soir), vous êtes la plus efficace. Si c'est le matin, alors vous devez programmer tous les rendez-vous essentiels, prises de décision, les activités importantes à ce moment-là !

     

    39 - Arrêtez de tout faire trop vite !

    Faut-il à tout prix manger vite, travailler vite, vivre vite ? Peut-être que le vrai secret de la longévité, c'est de ralentir votre rythme de vie. Arrêtez de vous essouffler pour gagner 10 minutes sur votre planning ! Qu'allez-vous y gagner ? Peut-être de vous faire une entorse ou de vous casser le pied ! A méditer...

     

    40 - Démarrez en douceur.

    Accordez-vous plus de temps le matin, afin de démarrer votre journée en douceur. Vous énerver au saut du lit provoque un stress néfaste et destructeur.

     

    41 - Finis les sandwiches !

    Prenez toujours le temps de déjeuner et évitez de sauter les repas du midi qui sont essentiels pour votre tonus. Evitez les sandwiches et les sodas qui font grossir et ne vous apportent pas assez de fibres, de protéines et de vitamines (préparez vos déjeuner à l'avance).

     

    42 - Ne vous énervez plus.

    Hurler ne réparera pas votre ordinateur et ne vous permettra pas de retrouver les données que vous avez effacées par erreur ! 

     

    43 - Se coucher tôt.

    Inutile de prolonger les soirées devant la télé. Si vous êtes fatiguée, mettez-vous au lit vers 22h et lisez quelques pages d'un bon bouquin. Arrêtez de traîner la nuit !

     

    44 - Ne plus vouloir tout gérer.

    La maison et le travail peuvent fonctionner sans vous ! Arrêtez de croire que vous êtes indispensable et que le monde tourne autour de vous. Acceptez de montrer votre vulnérabilité et de vous faire aider.

     

    45 - Privilégiez vos vrais amis.

    Pourquoi passer des soirées ennuyeuses avec des gens que vous n'aimez pas ? Donnez la priorité à votre famille et à vos vrais amis, qui sauront vous rendre votre amitié au centuple et être à vos côté quand vous aurez une petite baisse de forme.

     

    46 - Plus de grignotages !

    Vous adorez manger un pot de Nutella à la petite cuillère devant la télé, quand ce n'est pas un paquet de bonbons, un paquet de pop-corn ou une tablette de chocolat. Stop aux grignotages qui favorisent des nuits difficiles, une culpabilisation au petit matin et des kilos en trop sur la balance !

     

    47 - Vive l'Ayurveda, la médecine traditionnelle indienne.

    L'Ayurveda est la médecine traditionnelle indienne, l'art de prévenir et de guérir, selon des méthodes éprouvées depuis plus de 5 000 ans ! Mais l'Ayurveda est également une philosophie de vie, un art de la longévité et une communion avec notre environnement. D'ailleurs, en Sanskrit, "Ayur" équivaut à la vie et "Veda" signifie science ou connaissance. L'Ayurveda est une recherche d'harmonie qui se base sur l'équilibre des trois "doshas" ou énergies vitales : Vâta, Pitta et Kapha. Pour s'assurer une bonne santé physique et psychique, les trois doshas doivent s'équilibrer dans nos pensées, nos émotions et notre mode de vie (alimentation, activité physique...)

     

    48 - Tirez les leçons de vos échecs.

    Apprenez à analyser les conflits, les erreurs et les échecs, afin de n'en ressortir que le positif. Relativisez et ayez confiance en vous. N'oubliez pas que vos échecs vous aident à évoluer et à grandir. Ce qui ne nous tue pas, nous rend plus fort !

     

    49 - Défoulez-vous !

    Le sport vous aidera toujours à vous "défouler" et à évacuer le trop plein de tension et d'énergies négatives emmagasinées.

     

    50 - Faites le plein d'aliments riches en fibres.

    Vous les trouverez dans les légumes et fruits secs, les légumes verts, les fruits rouges et les céréales complètes.

     

    51 - Vive les Omega 3 et Omega 6.

    Les acides gras sont essentiels pour votre tonus.

    Sources d'Omega 6 : huiles de tournesol, maïs, sésame, pâvot, pépins de raisin, noix et soja, le germe de blé, les céréales, les légumes secs, les volailles, le porc... 

    Sources d'Omega 3 : la maquereaux, sardines, thon, harengs, saumon, noix, huiles de noix, colza, germe de bé, lin et soja...

     

    52 - Pensez au magnésium.

    Les besoin quotidiens pour un adulte sont d'environ 350mg, mais ce besoin est rarement satisfait. Alors, où le trouver ? Dans le chocolat, les lentilles, les noix, les pistaches, les amandes, les flocons d'avoine et certaines eaux minérales dont Hépar, Contrex, Badoit notamment.

     

    53 - Exercice spécial vitalité.

    Debout, les pieds légèrement écartés, inspirez lentement en levant vos bras au-dessus de votre tête. Etirez bien vers le ciel en maintenant vos épaules baissées. Puis, expirez lentement par la bouche tout en baissant vos bras. Terminez l'exercice en vous penchant jusqu'au sol afin de vous détendre au maximum. Répétez ces gestes plusieurs fois.

     

    54 - Allez de l'avant.

    Ne gémissez plus et ne regardez plus jamais en arrire. Pensez que chaque jour qui arrive est le premier jour de votre nouvelle vie !

     

    55 - Méthode Coué.

    Trouvez chaque jour au moins trois motifs de satisfaction. Par principe, avant de vous levez, décidez de faire dans la journée trois choses pour vous faire plaisir.

     

    56 - Appréciez-vous !

    Apprenez à vous apprécier. Soyez tolérant avec vous-même et avec les autres.

     

    57 - Le plein de nature.

    Faites le plein de nature, de balades et de beaux paysages. Le dimanche, emmenez vos enfants et leurs amis faire des pique-niques au bord de rivières ou de lacs. En automne, courrez aux champignons dans la forêt.

     

    58 - Bannissez les régimes miracles.

    Il suffit de quelques jours à certains régimes pour vous déprimer : les régimes très restrictifs affament à plus ou moins longue échéance, les régimes rigides génèrent envies et frustrations, les régimes compliqués rendent difficiles toute vie sociale ou familiale.

     

    59 - Ayez de l'humour !

    Plus important que tout pour éviter de stresser : savoir rire de tout et de soi-même surtout. L'humour est la meilleure des méthodes pour rester zen !

     


    votre commentaire
  •  

    Vous est-il déjà arrivé de remarquer que vos pensées pouvaient influencer certains événements de votre vie ? Prenons l'exemple simple de ces périodes où rien ne va. Votre téléphone fraîchement acheté tombe malencontreusement dans le fond des toilettes. Puis votre trousseau de clefs reste introuvable et vous ratez votre nouvel entretien d'embauche. Je fais court, mais vous avez saisie l'idée. Tous ces événements ne sont que le résultat d'un état d'esprit branché sur la "mauvaise fréquence". 

    Lire la suite...


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique